Infos :

  • Le rapport RSF 2019 classe le Sénégal 49e sur 180 pays
  • La réalisatrice sénégalaise Mati Diop avec son film "Atlantique" est sélectionnée pour la palme d’or du Festival de Cannes.
  • La population du Sénégal est estimée à 15 726 037 habitants en 2018.
  • Le Chef de l’Etat a invité le Premier Ministre à tenir, avant fin avril 2019 un conseil interministériel pour la préparation de la campagne de commercialisation agricole
  • Le président de la République arabe d’Égypte Abdel Fattah Al Sisi est arrivé à Dakar jeudi en début d’après-midi pour une visite officielle de trois jour

Actualité

Groupe consultatif : La banque a signé deux accords de financement

La banque mondiale a signé deux accords sur l’éducation préscolaire et l’Employabilité des jeunes.

Pendant la réunion du Groupe consultatif du Sénégal a Paris, la Banque mondiale a signé, le 17 décembre, deux accords de financement.  avec le Sénégal

Le financement de 75 millions de dollars a pour objectif d’améliorer les services de développement de la petite enfance au Sénégal, en particulier dans les zones les moins desservies.

Pour élaborer ce projet, les équipes conjointes de la Banque mondiale et du Gouvernement ont appris de ce qui marque tout en y apportant des innovations. Ainsi :

Pour la nutrition, le projet s'appuiera sur les résultats obtenus au cours des 15 dernières années par le Gouvernement à travers le Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN) de la Cellule de Lutte contre la Malnutrition en élargissant les interventions réussies pour améliorer la nutrition infantile et la stimulation précoce, en particulier au cours des 1 000 premiers jours.

Pour l’apprentissage préscolaire, le projet s'appuiera sur les interventions efficaces élaborées dans le cadre du plus récent projet d'éducation de base, PAQEEB, qui a soutenu le Programme du gouvernement pour l'Amélioration de la Qualité, de l’Équité et de la Transparence (PAQUET). L’innovation à ce niveau sera l’engagement des comités de gestion des écoles dans l’amélioration de l’apprentissage précoce. Il faut y ajouter 150 Classe Préscolaires, 66 Cases des Tout-Petits et 14 Daara publics que le projet prévoit de construire et/ou réhabiliter.

Pour la protection, le projet s’appuiera sur le Programme Nationale des Bourses de Sécurité Familiale, notamment en ce qui concerne les questions de communication et de changement de comportements.

Ainsi, pour améliorer les performances scolaires des enfants et, partant les revenus dans le futur, il est nécessaire de leur assurer l’accès à des services de santé et de nutrition de qualité, ainsi qu’à des opportunités de stimulation et d’apprentissage précoce, surtout durant les 1000 premiers jours.

En raison de ce développement rapide et complexe, les premières années constituent aussi une période sensible durant laquelle des perturbations et insuffisances externes deviennent rapidement irréversibles. D’où l’importance de protéger les jeunes enfants et les femmes enceintes contre toute sources de stress et contre toute formes de violence.

Le deuxième accord est relatif à l’amélioration de l’employabilité des jeunes à travers l’apprentissage non formel au Sénégal

Ce financement de 53 millions de dollars (SOIT 458 MILLIONS EUROS) vise à améliorer la qualité et la pertinence de l'apprentissage dans le secteur non-formel, en s'appuyant sur ses structures autonomes et autofinancées, pour améliorer l'employabilité des jeunes qui dépendent de ce système pour acquérir des compétences et obtenir un emploi rémunérateur.

Ce projet s’adresse aux jeunes évoluant dans le secteur de l’apprentissage informel.

Un rapport diagnostic produit dans le cadre de l’élaboration de la phase 2 du PAP montre que dans l'ensemble, l'apprentissage informel est le mode d'apprentissage le plus répandu dans l'économie sénégalaise, en particulier chez les hommes, tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Plus du tiers des hommes jeunes, et 12 % des jeunes femmes, ont été apprentis. La prévalence de cet apprentissage est particulièrement élevée chez ceux qui ont commencé ou terminé l'école primaire (65 à 80 % chez les hommes jeunes).

Les jeunes travaillant dans le secteur agricole et les entreprises familiales déclarent avoir acquis leurs compétences principalement auprès de leurs parents et de leurs employeurs (ils ne sont que 3 à 4 % à dire les avoir acquises grâce à leur éducation ou formation).

L'apprentissage est source de retombées positives sur le marché du travail, les anciens apprentis étant plus susceptibles de participer au marché du travail (97 % des anciens apprentis ayant bénéficié d’une éducation primaire ont ainsi travaillé au cours des 12 derniers mois).

 

rts.sn avec communiqué

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.