Infos :

  • La loi constitutionnelle portant suppression du poste de Premier Ministre a été promulguée par le Président de la république.
  • Aminata Touré est nommée présidente du Conseil économique social et environnemental
  • Président Macky Sall quitte Dakar ce 14 mai 2019 pour prendre part, le 15 mai à L’Elysée, à une réunion internationale de haut niveau sur les contenus en lignes.
  • Sadio Mané, avec 22 buts, est co-meilleur buteur de la saison 2018-2019 de Premier league avec Liverpool,
  • Le conseil des ministres a adopté le projet de loi créant la société nationale de gestion du patrimoine du Train Express régional "SEN-TER".

Actualité

Un fauteuil pour cinq

Macky Sall, Me Madické Niang, El Hadj Issa Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko sont les cinq candidats à la présidentielle du 24 février. Cinq  candidats passés au crible du parrainage et autorisés par le Conseil constitutionnel à briguer le suffrage des électeurs sénégalais. Portraits

Me Madické Niang, de «MADICKÉ 2019 » est à la tête d’une coalition de plusieurs partis qui soutiennent son programme de campagne Diam ak Kheweul.

Il se réclame toujours proche de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade. Il a été ministre du président Abdoulaye Wade, pendant ses 12 ans de présidence. Madické Niang a été Garde des sceaux dans plusieurs gouvernements puis, ministre des Affaires étrangères. Me Madické Niang a bénéficié du soutien de certains de ses camarades de parti lors du parrainage et continue d’en enrôler d’autres dans sa coalition.

Me Madické Niang est née à St-Louis, le 25 septembre 1953. Il est avocat, inscrit au barreau de Dakar depuis 1982.

Macky  Sall, de la coalition Benoo Bokk Yaakaar est le candidat sortant en quête de second mandat après sept ans de magistrature suprême.

Un septennat de présidence sous label « Plan Sénégal Emergent » est présenté à la fois comme bilan et programme de redressement économique du Sénégal.

Le leader de la mouvance présidentielle appelé coalition Bennoo Bokk Yaakar est soutenu l’Afp de Moustapha Niasse et le Ps d’Ousmane Tanor Dieng, les partis de gauche (Ld, Pit, Aj, And/Jef et),  mais aussi Abdoulaye Baldé de l’Ucs, Modou Diagne Fada ex-Pds et Ldr/Yeessal, Moussa Sy exTaxawu Dakar et maire des Parcelles assainies, Aissata Tall Sall, ex-Ps et «Oser l’Avenir», entre autres.

Idrissa Seck, leader du parti Rewmi, a déjà été candidat à deux élections présidentielles.

En 2007 sous sa propre bannière il est 2ème avec 14,86 % des voix lors du premier tour derrière Abdoulaye Wade 55,90 %, En 2012, Idrissa Seck s’est retrouvé en cinquième position au premier tour de l’élection présidentielle avec seulement 7,86 % des voix.

Idrissa seck est né le 09 août 1959 à Thiès. L’homme surnommé «Ndamaal Cayor», a été façonné en politique par l’ancien président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade avec qui il a cheminé au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds).

OUSMANE SONKO 44 ans, est le candidat de «SONKO PRESIDENT», le nouveau venu de la classe politique sénégalaise, le plus jeune candidat de la présidentielle du 24 février 2019 avec son parti Pastef les Patriotes, créé en 2014.

Il est révélé au grand public par ses déclarations fracassantes sur la situation économique du pays. Ousmane Sonko sera radié de la fonction publique par un décret présidentiel en 2016 sous prétexte d’ « indiscrétion professionnelle ».

Ousmane Sonko participe en 2017 aux élections législatives et devient député. En septembre dernier, il publie un ouvrage intitulé « Solutions » dans lequel il propose un ensemble de remèdes pour l’envol de notre pays.

EL HADJI ISSA SALL, le candidat de «PUR 100» avait été la grosse surprise des dernières législatives avec 4,7 % des suffrages exprimés. Son parti, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) est devenu la troisième force politique de l’opposition sénégalaise  L’Assemblée nationale. Il a le soutient  des «dahiras» des «Moustarchidines», une branche de la puissante confrérie musulmane soufie des Tidjanes.

Son programme dénommé « Pur 100 », «met l’homme au début, au centre et à la fin de tous».  Le candidat du Pur est le premier docteur sénégalais en informatique, en 1995, qui a fondé, en 1998, l’Université du Sahel dont il est toujours le président.

Il se présente pour la première fois à la magistrature suprême, mais a l’expérience des campagnes électorales : il a été élu vice-président du Conseil régional de Fatick (Ouest) à la fin des années 1990, puis député en 2017.

rts.sn

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.