L’ancien Premier ministre français a été reconnu coupable de détournement de fonds publics et condamné à 5 ans de prison dont 2 ans ferme dans une affaire d’emplois fictifs.

La peine est assortie d’une amende de 375 000 euros et d’une peine d’inéligibilité de dix ans.

Son épouse, Penelope Fillon est reconnue coupable par le tribunal correctionnel de Paris de complicité et de recel de détournement de fonds publics.

Elle écope d’une peine de 3 ans de prison avec sursis assortie d’une amende de 375 000 euros et de deux ans d’inéligibilité.

Le troisième prévenu, Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, a reçu une peine de trois ans de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende avec sursis.

Les époux Fillon sont également condamnés pour les emplois fictifs, en 2006 et 2007, de leurs deux enfants aînés Marie et Charles, embauchés comme assistants parlementaires de leur père quand il était sénateur.

Le couple Fillon a aussi été reconnu coupable de complicité et de recel d’abus de biens sociaux, pour l’emploi fictif de Penelope Fillon à la Revue des deux mondes, un titre aux mains d’un ami de François Fillon.

Les époux Fillon et leur co-prévenu ont été en outre condamnés à rembourser plus d’un million d’euros à l’Assemblée nationale.

Le couple Fillon a décidé de faire appel de sa condamnation. « Il y aura un nouveau procès. Nous allons enfin, et j’espère, avec tous les éléments qui manquent au dossier, permettre à la justice d’être rendue. » a déclaré Maître Antonin Lévy, leur avocat.

L’affaire

Pour rappel le 25 janvier 2017, l’hebdomadaire satirique « le Canard enchaîné » jette un pavé dans la mare de la présidentielle en France. Le journal révèle le salaire mirobolant de la femme de François Fillon, Penelope, employée comme assistante parlementaire.

Le candidat LR à la présidentielle sera ensuite mis en examen le 14 mars – à six semaines du premier tour – sa femme le 28 mars.

Trois ans plus tard, François Fillon et son ex-suppléant Marc Joulaud, qui ont salarié Pénélope Fillon comme collaboratrice permanente lorsqu’ils étaient députés de la Sarthe pour des prestations jugées « fictives ou surévaluées », sont renvoyés pour « détournement de fonds publics ».

Penelope Fillon aurait perçu plus d’un million d’euros pour des contrats de 1998 à 2002, de 2002 à 2007, puis de 2012 à 2013.

rts.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici