Le chef de la diplomatie burundaise a envoyé au bureau de l’Organisation mondiale de la santé une note verbale qui déclare le représentant et trois autres fonctionnaires de l’OMS au Burundi « persona non grata ».

Il y a un mois, le représentant de l’OMS au Burundi et des fonctionnaires de son bureau avaient déjà échappé de peu à une expulsion. Gitega leur avait reproché à l’époque son « immixtion » dans sa gestion de la pandémie du Covid-19.

Gitega leur a donné jusqu’au 15 mai, pour quitter le territoire burundais, même si l’aéroport Melchior Ndadaye de Bujumbura est fermé à tout trafic aérien, dans le cadre de sa lutte contre le Covid-19.

Les Nations unies ont réagi à cette expulsion dans la journée de ce jeudi. La Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi « regrette profondément la décision récente du gouvernement burundais de déclarer persona non grata le représentant de l’OMS dans le pays et trois de ses experts », a-t-elle indiqué dans un communiqué, réitérant sa « préoccupation » face à la « décision des autorités burundaises de ne pas faire appliquer les recommandations de distanciation sociale » alors que les meetings électoraux attirent des milliers de personnes.

rts.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici