Infos :

  • Ahmed Bachir Kounta, journaliste de la RTS et guide religieux de la famille Kounta de Ndiassane est mort ce jeudi 17 Janvier.
  • La CPI rejette la demande de maintien en prison de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.
  • Aucun film sénégalais ne figure sur la liste des longs métrages de fiction du FESPACO 2019 .
  • Le procureur, Eric MacDonald, demande que Laurent Gbagbo restent en détention le temps que la CPI statue sur la demande d’appel.
  • L’Union européenne (UE) va envoyer une délégation d’observateurs au Sénégal à l’occasion de la présidentielle du 24 février 2019.

Actualité

Le premier ministre salue les performances de la micro-finance

La microfinance génère au Sénégal plus de 350 milliards de francs CFA de crédit et plus de 309 milliards de FCFA d’épargne ; Elle contribue pour 10,4 % au financement de l’économie nationale.

 Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne a présidé la seconde édition du Forum des investissements en mirofinance, axée sur le thème ‘’La finance inclusive : quelle conclusion pour l’émergence économique’’. 

Selon lui, les indicateurs issus des statistiques produites par la BCEAO montrent que ‘’le Sénégal est leader de la zone UEMOA avec 208 systèmes financiers décentralisés, plus de 2,5 millions de clients et un taux de pénétration de la microfinance à 18,4%’’a t-il indiqué.

En dépit de ces performances, a poursuivi le Premier ministre, ‘’l’analyse diagnostic exhaustive réalisée lors de l’élaboration de la troisième lettre de politique sectorielle de la microfinance a permis d’identifier les contraintes de fragilité dont la persistance pourrait entraver l’évolution du secteur’’.

‘’C’est pourquoi l’Etat a adopté la stratégie sectorielle 2016-2020 dont la mise en œuvre devrait permettre l’accroissement des performances du secteur à travers quelques actions ciblées’’, a-t-il expliqué.

A ce propos, il a cité la mise en place du Fonds national de la micro-finance, la mise en place de la phase 2 de la plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora sénégalaise et l’opéralisation du programme de promotion de la finance islamique.

‘’Pour continuer à jouer ce rôle, le système a besoin d’un soutien accru de l’Etat à travers la libération de sa contribution à la mise en œuvre du plan d’action de la lettre de politique sectorielle des microfinances validé depuis 2015’’, a plaidé le président de l’Association des professionnels du système financier décentralisé (APSFD), Mamadou Lamine Guèye.

Selon lui, l’effectivité de cette contribution de l’Etat ‘’devrait encourager les autres partenaires financiers à une plus grande implication dans la levée des fonds complémentaires nécessaires’’.

Il a aussi attiré l’attention des autorités sur ‘’la question de la fiscalité applicable au système financier décentralisé’’ qui, selon lui, ‘’demeure préoccupante et risque de plomber le secteur.

rts.sn

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.