Infos :

  • 49 passagers à bord d'une pirogue en partance pour l’Europe a été arraisonnée à Fimela.
  • Le gouvernement annonce un Conseil interministériel sur la modernisation des marchés.
  • Une bande de 5 étrangers a été démantelée par la Division spéciale de cybercriminalité. Elle s’activait dans le trafic de migrants et la confection de faux documents de voyage.
  • Le poète Amadou Lamine Sall lauréat du Prix international de Poésie Fernando D’Almeida au Québec,

Actualité

Vers la production de 200 mille tonnes d’huile d’arachide par an

La production d’huile d’arachide sera portée à 200 mille tonnes par an, a annoncé, lundi 5 mars, le ministre du Commerce, de l’Industrie et du secteur informel, Alioune Sarr.

"Nous pouvons donc dès à présent prendre comme première mesure, l’objectif désormais que le Sénégal va fixer est de produire 200 mille tonnes d’huile d’arachide par an, à partir de 600 mille tonnes d’arachides (…) correspondant à notre consommation annuelle", a-t-il déclaré.

 Alioune Sarr s’exprimait lors de la réunion portant sur l’accès au marché ainsi que la consommation d’huile d’arachide au Sénégal, en présence des représentants des producteurs, industriels, importateurs, commerçants et consommateurs.

 Lors de cette rencontre, un comité incluant tous les acteurs de la chaîne de valeur a été mis en place afin de s’occuper d’ici une semaine, de la régulation de la commercialisation de l’huile d’arachide au Sénégal.

 Selon le ministre du Commerce, "ce comité va travailler sur la fixation du prix de l’huile brute produite par les artisans aux industriels, de l’huile raffinée produite par les industriels aux grossistes, mais également de huile raffinée aux consommateurs, tout en préservant le pouvoir d’achat de nos consommateurs".

 Sur les 200 mille tonnes d’huile prévues, le comité "aura également à faire des propositions sur la quantité qui sera produite par les industriels et la quantité qui sera transformée par les artisans, en fonction des capacités productives de chaque acteur".

Ces mesures seront accompagnées par des mesures restrictives.

Concernant ainsi l’importation de certains types d’huile, l’Etat "prendra les mesures prévues par nos lois et règlements pour justement apporter un soutien par rapport à notre production d’huile locale", a soutenu le ministre du Commerce.

Ces mêmes restrictions seront également appliquées aux industriels locaux pour qu’ils n’exportent pas l’huile d’arachide "quand les cours mondiaux sont favorables".

"Cela permettra à ce que cette chaîne de valeurs soit une chaîne de valeurs pérenne pour qu’à tout moment de la production agricole, nous puissions, du producteur à l’artisan, en passant par les industriels, jusqu’aux consommateurs, avoir toujours des valeurs ajoutées pour chaque segment de la chaîne de valeurs", a-t-il expliqué.

Dans le même sillage, le ministre du Commerce a soutenu que l’Etat va également "accompagner nos importateurs à aller progressivement vers l’industrialisation et à être de bons grossistes d’huile raffinée".

Une période de transition est prévue pour permettre aux commerçants d’écouler leurs stocks et s’adapter aux nouvelles mesures.

La va bientôt mettre une grande quantité d’huile d’arachide sur le marché sénégalais, a annoncé son, lors du dernier Salon de l’agriculture de Paris.

Le secrétaire général de SONACOS SA , Mbaye Dièye a indiqué que la SONACOS va changer son modèle économique qui consistait à exporter 98 % de sa production d’huile d’arachide. Il annonce que la société ne se limitera pas seulement à produire de l’huile brute, mais elle va également la raffiner, la conditionner et la vendre au Sénégal, comme le prévoit le Plan Sénégal émergent (PSE) qui stipule que 30 % de l’huile d’arachide produite au Sénégal doit être consommée sur le marché national.

rts.sn

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
trier par ordre décroissant