Infos :

  • Le ministre de la Santé annonce un Plan quinquenal de lutte contre le cancer
  • Le Sénégal est à la 141e place sur 190 dans le classement du Doing business 2019.
  • L’avion A330 Néo d’Airbus sera livré à la compagnie Air Sénégal en fin janvier
  • Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus va être officiellement introduit dans le Programme élargi de vaccination (PEV) ce 31 octobre.
  • Macky Sall, médaille d’Or de l’académie des sciences et techniques d’agriculture de France

Actualité

France : Restitution des biens culturels volé à l'Afrique

Un binôme franco-sénégalais planche depuis le 5 mars sur cette question, celui de restituer dans les cinq ans de façon temporaire ou définitive des biens culturels pillés sur le continent africain.

C'est la suite logique de l'engagement pris par le président français Emmanuel Macron à Ouagadougou en novembre 2017 : celui de restituer dans les cinq ans de façon temporaire ou définitive des biens culturels pillés sur le continent africain. Un binôme franco-sénégalais planche depuis le 5 mars sur cette question. L'historienne de l’art Bénédicte Savoy et l'écrivain et universitaire sénégalais Felwine Sarr ont jusqu'à novembre 2018 pour faire une série de propositions.

La première étape est de faire un inventaire des biens culturels africains qui pourraient être concernés par une procédure de restitution. 70 000 environ se trouvent au musée du quai Branly mais tous n’ont pas été pillés. Un énorme inventaire s'impose donc.

Pour l'universitaire Felwine Sarr il y a urgence. Il faut restituer ces œuvres pour réparer l'injustice de la colonisation. « C’est l’urgence de solder l’histoire coloniale de la meilleure des manières et l’on reconnaît qu’un préjudice a été subi que l’on est dans une démarche  de rendre, de réparer, avec l’idée fondamentale que pour réenvisager une relation, il est nécessaire de faire la paix avec l’histoire coloniale ».

Pour l'heure la loi française interdit la restitution définitive des biens culturels, qu'ils aient été pillés ou non. Mais pour l'historienne Bénédicte Savoy amender cette loi sur le patrimoine est l'une des options envisagée.

« Il faut certainement que le droit se mette à penser des formats juridiques qui correspondent à notre désir de justice et de justesse dans nos relations avec le continent africain et dans nos relation intercontinentales. Le droit devra inventer sans doute des solutions, comme il a pu en inventer pour des biens spoliés pendant l’époque nazie par exemple », explique-t-elle.

Pour les aider dans cette réflexion sensible, les deux experts prévoient de rassembler autour d'eux des juristes, des chercheurs, militants associatifs et directeurs de musées. Il n’y a pas encore d'échéancier précis mais les deux experts promettent de travailler vite pour rendre leurs conclusions d'ici novembre.

rfi

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
trier par ordre décroissant