Infos :

  • Le président de la République arabe d’Égypte Abdel Fattah Al Sisi est arrivé à Dakar jeudi en début d’après-midi pour une visite officielle de trois jour
  • La vingtième édition de la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA),se tient au CICES du 11 avril au 2 ma
  • L’Etat du Sénégal est invité à mettre la législation nationale en conformité avec le protocole de Maputo qu’il a ratifié depuis 2004.
  • Le Chef de l’Etat, Macky Sall, a prêté serment mardi 2 avril dans la matinée pour un second mandat et dernier mandat de cinq ans.
  • Le Laboratoire de recherche (LARTES-IFAN) mobilise 500 bénévoles pour une enquête sur la qualité de l’éducation élémentaire.

Actualité

Plénière sur le parrainage à l'Assemblée Nationale

La séance plénière consacrée à l’examen de deux projets de loi, dont celui portant sur une réforme de la Constitution devant conduire à l’instauration du parrainage intégral pour les candidatures à l’élection présidentielle de 2019, a démarré à 9h30 à l’Assemblée nationale, a constaté un reporter de l’APS.

La séance plénière consacrée à l’examen de deux projets de loi, dont celui portant sur une réforme de la Constitution devant conduire à l’instauration du parrainage intégral pour les candidatures à l’élection présidentielle de 2019, a démarré à 9h30 à l’Assemblée nationale, a constaté un reporter de l’APS.

Toutes les artères menant à l’Assemblée nationale sont quadrillées par les forces de l’ordre qui filtrent également l’entrée à l’hémicycle où se déroulent les travaux sous la présidence de Moustapha Niasse.

Par ailleurs, des échauffourées ont été signalées devant l’école privée Sainte-Jeanne d’Arc. 

Des partis de l’opposition et des segments de la société civile, se disant opposés à cette modification constitutionnelle induisant une modification du code électoral, avaient promis de se mobiliser à l’occasion pour barrer la voie à ce projet de loi.

Une plateforme a ainsi été lancée par 27 partis, mouvements, associations et organisations démocratiques et sociales, qui se disent décidés à faire barrage à ce qu’ils qualifient de "manipulations constitutionnelles et électorales".

Le principe du parrainage, à l’origine d’un projet de révision de la Constitution, mettra fin à la discrimination entre les candidats des partis politiques et les candidats indépendants, avait expliqué le ministre de la Justice.

"Désormais, si la réforme constitutionnelle est adoptée, toute candidature, qu’elle émane d’un parti politique ou d’un candidat indépendant, doit être parrainée par 1% du fichier général", avait déclaré le Garde des sceaux, ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall dans un entretien au quotidien l’Observateur.

Il avait expliqué que si l’on a un fichier de 6,5 millions d’électeurs, le candidat doit alors avoir un parrainage de 65 mille électeurs. 

"Il faut un parrainage de toutes les candidatures de 1% du fichier général. Ensuite, ces personnes qui parrainent doivent être domiciliées dans au moins sept régions du Sénégal. Et il doit y voir au moins dans chaque région, 2000 électeurs", avait-t-il poursuivi.

aps

 

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.