Logo rts transEmissionslogo RTS2 TransLogo RTS3RTS4 Casamance En DirectJT-20HEURES-50PX
ImgRSIChaineNationaleDakar-FMMatam-FMSaintLouis-FMZiguinchor-FMTamaba-FMThies-FMLouga-FMDiourbel-FMToubaMbake-FMKolda-FM
 
 
A+ A A-

Le drame du Daaka dans vos quotidiens

revue de la presse 1Plusieurs quotidiens s’intéressent aux suites de l’incendie du "daaka" de Médina Gounass, un drame qui a relégué au second plan les sujets politiques dans la livraison de vendredi de la presse quotidienne.

"Après le décompte macabre, l’heure des comptes", titre Vox Populi, selon lequel le bilan de ce drame survenu mercredi sur un site de retraite spirituelle (daaka) situé à 10 km Médina Gounass, dans la région de Kolda, "passe à 23 morts et 28 blessés graves".

"Le chiffre macabre grimpe", relève également L’As à sa Une. "24 morts dénombrés pour l’instant", selon Enquête. "Négligence coupable", affiche ce quotidien. "Comme la flamme olympique, écrit-il, le site du daaka à Médina Gounass semble destiné à être allumé régulièrement. L’environnement, le climat et les activités sont autant d’éléments explicatifs des sinistres à répétition".

"Le bilan s’alourdit à 29 personnes", indique de son côté Le Témoin quotidien, preuve que les journaux ont du mal à s’accorder sur le bilan de ce drame qui "continue d’alimenter les débats un peu partout dans le pays".

En atteste également, les statistiques de Sud Quotidien, même un peu plus détaillées. "24 morts, 102 blessés, 13 véhicules calcinés, du bétail et de l’argent brûlés", rapporte ce journal, selon lequel "l’Etat a décaissé 10 millions de francs CFA pour la prise en charge des blessés".

"Des populations tristes, des grand-places désertes. Médina Gounass pleure, Tambacounda craque. Les feux n’ont pas été tendres avec les pèlerins du daaka", rapporte L’Observateur, qui propose à ses lecteurs un "retour sur les lieux du crime".

Jeudi, "c’était jour de deuil au daaka où la population nombreuse a accompagné 15 défunts à leur dernière demeure, en attendant l’indentification improbable de huit autres corps sans vie qui sont à la morgue de l’hôpital régional de Tamba", écrit le journal.

"Le travail approfondi d’investigation mené par la gendarmerie de Kalifourou en poste à Médina Gounass, pour identifier l’auteur ou les auteurs de l’incendie (…) continue de plus belle", ajoute L’Observateur, avant d’annoncer que les hommes en bleu "ont mis la main sur cinq personnes placées en garde-à-vue".

De même, trois ministres "ont été dépêchés par le président de la République pour s’enquérir de la situation et présenter des condoléances", rapporte le quotidien national Le Soleil. Il ajoute que le chef de l’Etat Macky Sall "sera aujourd’hui (vendredi) l’hôte du daaka pour les condoléances de la nation entière".

Les autorités du "dental daaka", le khalife général Thierno Amadou Tidiane Bâ en tête, ont "reçu la délégation gouvernementale, dépêchée par le chef de l’Etat en catastrophe pour s’enquérir de la situation qui prévaut au daaka" suite à cet "incendie ravageur", signale L’As.

"En dépit de sa foi légendaire et du deuil qui frappe le +dental+", le khalife "a bel et bien martelé devant la délégation dirigée par le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo que l’approvisionnement en eau a été le talon d’Achille du daaka et la cause de l’embrasement du feu", note le même journal.

"Les autorités religieuses ont diplomatiquement indiqué au ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, qu’elles n’étaient pas satisfaites de la gestion de la question de l’approvisionnement en eau du daaka de Médina Gounass. La pénurie en eau étant l’un des facteurs responsables de l’ampleur des dégâts", peut-on également lire dans les colonnes du Quotidien.

Aussi le ministre de l’Intérieur, comme s’il répondait aux préoccupations du khalife, "a annoncé que le gouvernement tirera les conséquences de tous les manquements et défaillances notées, tout en annonçant que les blessés seront pris en charge", écrit Vox Populi.

Le drame de Médina Gounass a certes fait reléguer les sujets politiques au second plan, mais ceux-ci ne sont pas complètement en reste. Enquête rapporte ainsi que l’ancien président Abdoulaye Wade "annonce son retour" au Sénégal, en perspective des législatives du 30 juillet prochain.

"Je rentrerai au Sénégal avant le début de la campagne pour les législatives", précise le prédécesseur de Macky sal, dans des propos rapportés à sa Une par L’Observateur. "Rien ne m’empêche d’être une tête de liste", ajoute Me Wade, cité par L’As.

A la Une de La Tribune, celui dont la formation, le Parti démocratique sénégalais (PDS), compte parmi les forces actuellement les plus importantes de l’opposition sénégalaise, fait observer, comme s’il se justifiait : "à mon âge, je ne peux plus me présenter à la présidentielle".

Walfquotidien juge que le président Macky Sall est "dos au mur", laissant entendre que cela motive l’annonce de son ouverture dialogue avec "les forces vives de la nation", parmi lesquelles l’opposition.  

"Le chef de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar cherche la potion magique", estime le journal, selon lequel le président Sall est "dans une situation inconfortable à quelques encablures des législatives".

Le Soleil ouvre une fenêtre sur la visite officielle de deux jours que le président portugais Marcelo Rebelo de Souza vient de terminer au Sénégal.  

Le journal informe que dans le cadre de leur coopération, les deux pays ont convenu de construire une usine de montage d’ambulances à Diamniadio, la "nouvelle ville" prévue à la sortie de Dakar, dans le département de Rufisque.

Les deux présidents ont procédé à la pose de la première pierre de cette usine qui devrait générer "250 emplois permanents" après sa construction.

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Récemment sur la RSI